« Je voudrais être le dehors, ne plus avoir de contours ni de frontières et n’être retenue nulle part. Les plafonds sont trop bas et les murs trop étroits. »

                                                                                                                                                                                          Anaïs Barbeau-Lavalette

Tu m’as expliqué que le fleuve n’était pas une rivière. Qu’il n’était pas la mer. Que ce mélange d’eau douce et d’eau salée te ressemblait. Toi qui n’avais jamais trouvé ta place avant, tu étais un entredeux. Mais cet entredeux était ton équilibre, et il avait maintenant un endroit où exister. 


Using Format